Constructions navales Nieuport-Astra

En août 1918, Alphonse Tellier cède sa société aux établissements Nieuport. Jusqu’au début de 1919, les équipes sont encore concentrées sur la production d’hydravions, puis elles retournent à la construction navale, de plaisance comme de service. Voici la présentation qu’en a fait « Le Petit Parisien » en mai 1921, dans un article intitulé « Une grande fusion dans l’aéronautique » :

 » […] La société Nieuport-Delage comporte en plus un département constructions navales dont M.  Delage, ancien officier de marine assure également la direction technique.
Dans les chantiers de l’Ile de la Jatte se construisent tous les bateaux de plaisance, depuis la yole canadienne jusqu’aux yachts automobiles, ainsi que les racers de course dont les divers modèles ont remporté tous les prix du concours de Monaco 1921.
Les chantiers d’Argenteuil, puissamment outillés pour la construction en tôle d’acier, se sont fait une spécialité de bateaux de service, remorqueurs, chalands, pétroliers, chalands à citerne, bateaux coloniaux etc. […]  »

L Aviron  17 03 1923

F. Chaptois devient directeur des chantiers de l’ile de la Jatte, jusqu’en décembre 1922, date à laquelle toutes les activités navales sont regroupées à Argenteuil. C’est pendant cette période qu’il embauche un apprenti-dessinateur plein d’avenir : Eugène Cornu.

9 - Nieuport
Carte postale publicitaire, 1921

A partir de janvier 1923, F. Chaptois reprend la direction des ateliers d’Argenteuil. Pour remplacer E. Cornu, parti aux chantiers Jouët à Sartrouville, il recrute un nouveau dessinateur avec un tout autre profil : l’ingénieur russe Wladimir Yourkevitch, qui sera plus tard le concepteur de la coque du « Normandie ».

Vedette de surveillance - projet de décembre 1923
Vedette de surveillance – projet de décembre 1923

Chez Alphonse Tellier

En aout 1914, les chantiers De Coninck ferment à cause de la guerre.  F. Chaptois est alors embauché comme chef d’atelier aux chantiers A. Tellier et Cie, à l’Ile de la Jatte. Dans les premières années, il s’occupe probablement encore de constructions navales.

IMG_0002

Puis, à partir de 1916 jusqu’à fin 1918,  il travaille sur les hydravions lorsqu’ Alphonse Tellier les développe. Il dépend alors directement de celui-ci, au même titre que l’ingénieur Robert Duhamel, chef du bureau d’études. Il organise la production pour la faire passer d’un appareil par mois au début à deux tous les trois jours à la fin de la guerre.

Les ateliers de la Jatte vers 1919
Les ateliers de la Jatte vers 1919